Microfin-Maroc

Le premier forum marocain de la microfinance
 
AccueilMicrofinanceCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
                                          

Partagez | 
 

 Les modèles de micro-finance doivent évoluer pour garantir la proximité et le développement d'un large éventail de services financiers, selon CGAP

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 238
Date d'inscription : 04/12/2010
Localisation : Agadir

MessageSujet: Les modèles de micro-finance doivent évoluer pour garantir la proximité et le développement d'un large éventail de services financiers, selon CGAP   Mar 14 Déc - 13:02

WASHINGTON, December 10, 2010 /PRNewswire/ -- A la lumière de la crise de la micro-finance qui secoue l'État indien de l'Andhra Pradesh, le PDG de CGAP Tilman Ehrbeck a souhaité que le modèle de fourniture de micro-finance évolue pour étayer une croissance saine et le développement d'un large éventail de produits et de services dont ont besoin les plus nécessiteux. Cet organisme de micro-finance mondial a publié aujourd'hui une étude qui analyse la situation actuelle dans l'Andhra Pradesh et parle de l'évolution pour l'accès des pauvres aux moyens de financement dans le monde.

Alors que les institutions de micro-finance, le gouvernement de l'État de l'Andhra Pradesh et d'autres acteurs importants travaillent à résoudre cette crise, Ehrbeck a déclaré qu'il est essentiel que le secteur de la micro-finance tire les bonnes leçons de la situation, afin que les progrès enregistrés en matière d'inclusion financière dans le monde puissent se poursuivre dans la bonne direction.

Cette étude de CGAP, intitulée << Andhra Pradesh 2010 : Implications mondiales de la crise de la micro-finance en Inde >>, souligne que la micro-finance est bien plus développée dans l'Andhra Pradesh que dans tous les autres États indiens, et que l'endettement des ménages résulte de plusieurs sources, pas uniquement des institutions de micro-finance. << Les ménages de l'Andhra Pradesh possèdent jusqu'à quatre prêts provenant de différents organismes de prêt et présentent un niveau élevé d'endettement en cours >>, a expliqué Greg Chen, le représentant de CGAP en Asie du Sud et l'un des auteurs de ce rapport. << Mais soyons très clairs, cette situation est exceptionnelle : 2,7 milliards de personnes dans le monde n'ont encore aucun accès à un quelconque type de services financiers formels, c'est-à-dire à des services moins chers et plus fiables que ceux des prêteurs et d'autres options informelles. Si nous devons tirer les leçons de cette crise, elle ne doit pas pour autant nous faire dévier de la priorité essentielle consistant à améliorer l'inclusion financière dans le monde. >>

Les développements de la situation dans l'Andhra Pradesh font la lumière sur certains des mêmes problèmes que ceux apparus ces dernières années sur d'autres marchés de la micro-finance en forte croissance. Une croissance rapide, met en garde CGAP, peut saper les fondements de la discipline du crédit, entraînant des augmentations incontrôlées des montants des prêts, entravant les processus de souscription et apportant un montant excessif de crédit.

<< Là où existe une forte pénétration des microcrédits, comme dans l'Andhra Pradesh, nous voyons la preuve manifeste des contraintes provoquées par une croissance rapide >>, a expliqué Ehrbeck. << Alors que les marchés locaux arrivent à maturité, le modèle de fourniture de micro-finance doit évoluer pour assurer une couverture saine et garantir le développement d'un large éventail de produits dont ont besoin les personnes défavorisées. >>

L'analyse faite par CGAP des effets de la croissance rapide dans l'Andhra Pradesh se fonde sur une analyse antérieure que CGAP avait conduite sur l'hyper-croissance dans différents marchés de la micro-finance, tels que la Bosnie-Herzégovine, le Maroc, le Nicaragua et le Pakistan.

Selon CGAP, la situation dans l'Andhra Pradesh met également en lumière la nécessité de contrôles appropriés :
-- Au niveau institutionnel pour supporter un modèle commercial solide, y compris des mesures d'incitation efficaces et la formation du personnel à tous les niveaux, pour encourager la souscription et le suivi des clients -- Au niveau des sociétés, notamment des bureaux de partage d'informations/crédit -- Une réglementation qui encourage la transparence des taux d'intérêt et de la tarification dans un environnement dans lequel les clients défavorisés sont bien informés et comprennent les produits, la manière de les utiliser efficacement et disposent de moyens de recours clairs

<< Dans le monde et en Inde, l'évolution du microcrédit a montré qu'il est possible d'apporter des services financiers aux personnes défavorisées vivant en milieu rural sur une grande échelle sans devoir compter sur des aides >>, a expliqué Ehrbeck. << Si nous nous engageons réellement en faveur de l'inclusion financière, nous devons la porter au niveau suivant. Les personnes pauvres n'ont pas seulement besoin de crédit. L'épargne, la micro-assurance et les transferts d'argent sont également des services demandés par ces personnes et qui aident les familles défavorisées à gérer plus efficacement leurs finances domestiques. Nous devons nous engager à apporter des services de haute qualité aux 2,7 milliards de laissés pour compte. >>

Pour consulter cette étude, rendez-vous sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://microfin.forummaroc.net
 
Les modèles de micro-finance doivent évoluer pour garantir la proximité et le développement d'un large éventail de services financiers, selon CGAP
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Microfin-Maroc :: Forum Général :: La microfinance au reste du monde-
Sauter vers: