Microfin-Maroc

Le premier forum marocain de la microfinance
 
AccueilMicrofinanceCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
                                          

Partagez | 
 

 Les microcrédits donnent un nouvel élan à la jeunesse du Maghreb

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 238
Date d'inscription : 04/12/2010
Localisation : Agadir

MessageSujet: Les microcrédits donnent un nouvel élan à la jeunesse du Maghreb   Dim 21 Aoû - 5:44

Par Fidet Mansour à Alger, Hassan Benmehdi à Casablanca et Monia Ghanmi à Tunis pour Magharebia – 05/08/11

Face à un taux de chômage élevé dans tout le Maghreb, les jeunes cherchent des moyens de prendre en main leur avenir économique. Des prêts abordables, aux montants relativement faibles, appelés "microcrédits", leur en fournissent l'occasion. En Algérie, les autorités ont récemment demandé aux banques et aux institutions financières de financer les projets présentés par les jeunes sans emploi. Cette décision fait suite aux mouvements sociaux qui ont agité le pays. Le train de mesures existantes a également été renforcé, donnant des résultats tangibles. Le nombre de demandes émanant de jeunes entrepreneurs et approuvées par l'Agence nationale de soutien à l'emploi des jeunes (ANSEJ) a augmenté de 330 pour cent cette année, a indiqué le samedi 30 juillet Mourad Zemali, directeur de cette agence. Ces approbations ont atteint le nombre de 108 573 au cours du premier semestre 2011, contre 25 256 durant la même période de l'année dernière. L'Algérie accélère les procédures de validation Une fois approuvés, les projets bénéficient parfois d'un financement dans les 48 heures. "Le délai de financement fixé pour les banques était auparavant de deux mois", a ajouté Zemali. Des prêts sans intérêt d'un montant de 500 000 dinars (5 000 euros) sont également désormais disponibles pour les jeunes sans emploi, visant la formation à des métiers manuels tels que la plomberie, la ferronnerie, la mécanique, l'électricité automobile et le bâtiment. Les jeunes diplômés souhaitant ouvrir des cabinets médicaux ou d'avocats se voient proposer des prêts sans intérêt pouvant atteindre un million de dinars (10 000 euros). Ces nouvelles dispositions encouragent des jeunes autrefois hésitants à créer leurs propres petites entreprises. "J’ai arrêté l’école à l’âge de 19 ans. Pendant neuf ans, j’ai chômé et fait des petits boulots", explique Karim Seddik, un jeune homme de 30 ans bénéficiaire de ce programme. "Jusqu’au jour où j'ai décidé de me lancer dans cette aventure."Il a pu acheter un camion réfrigéré avec l'aide d'un microfinancement de l'ANSEJ. "J’ai acheté une voiture. Je prévois d’acheter une maison dans trois ou quatre ans. Aujourd’hui, j’entrevois mon avenir avec beaucoup d’espoir alors qu’auparavant, tout était sombre et flou", raconte Seddik, ajoutant qu'il a déjà remboursé 80 pour cent du prêt que la banque lui avait consenti. Nassim a échoué deux fois au baccalauréat, mais il a connu le succès en lançant une petite entreprise spécialisée dans les équipements sportifs. "Ce projet a changé le cours de ma vie", dit-il. Âgé de 28 ans, Nassim vient de se marier. Il affirme qu'il n'aurait pas été en mesure de le faire sans avoir acquis son indépendance financière. Le Maroc étend les opportunités de prêt Au Maroc, les microprêts favorisent la santé financière. Depuis 2005, ce secteur a enregistré une croissance soutenue, avec une hausse du nombre d'actifs de 144 pour cent, des prêts en hausse de 26 pour cent, et le nombre de bénéficiaires en augmentation de 162 pour cent. Près de 64 pour cent des bénéficiaires de ces microprêts sont des femmes, originaires essentiellement des régions urbaines. Mme Lakbira, la cinquantaine, a décidé d'investir dans la couture. "Avec un montant de 10 000 dirhams que j’ai emprunté auprès de la Fondation Banque populaire, j’ai pu m’acheter deux machines à coudre pour aider mon mari à subvenir aux besoins de la famille", explique-t-elle à Magharebia. En l'espace de quelques mois seulement, elle a acquis suffisamment de clients pour pouvoir commencer à rembourser ce prêt. Sa voisine Malika, surnommée "Attabakha", prépare les gâteaux traditionnels à l’occasion des fêtes et du mois du Ramadan. Elle souhaitait depuis toujours mettre à profit son talent pour en faire une activité génératrice de revenu. "Grâce à un prêt de 20 000 dirhams, j’ai pu louer un local de 18 mètres carrés dans lequel je présente mes produits, et cela me permet d’avoir une adresse pour mes clients." Près de 1,4 million de personnes au Maroc ont bénéficié de microprêts, pour une valeur totale d'environ 7 milliards de dirhams (620 millions d'euros). La Fédération nationale des associations du microcrédit prévoit, quant à elle, un plan d’action ambitieux, visant à atteindre cinq millions de bénéficiaires à l’horizon 2012. En Tunisie, la révolution a favorisé la demande de microcrédit En Tunisie, les demandes de microcrédits ont connu une augmentation après la révolution du 14 janvier, notamment chez les jeunes. Les succursales de la Banque tunisienne de solidarité dans la région métropolitaine du Grand Tunis ont accordé des centaines de prêts depuis janvier dernier. Dans le seul bureau de Ben Arous, ces prêts ont bénéficié à 121 clients, dont 24 titulaires de diplômes universitaires. Les projets vont du secteur des services aux petits commerces, en passant par l'artisanat traditionnel et l'agriculture. Saber Amdouni, titulaire d'un diplôme, espère bénéficier d'un prêt pour financer un snack. Il s'est rendu à la banque pour savoir s'il était ou non éligible à ces microprêts. "Ils m'ont confirmé qu'ils pouvaient me consentir un prêt, à condition que l'idée du projet soit claire et que j'ai bien étudié le marché", a raconté ce jeune entrepreneur en herbe à Magharebia.
Le gouvernement compte sur le microcrédit pour améliorer le niveau de vie des familles à faible revenu. Lors d'une conférence de presse organisée le mercredi 3 août, le ministre des Affaires sociales Mohamed Naceur a expliqué que son ministère encourageait les gens à monter de nouveaux projets en utilisant les prêts bancaires consentis à des conditions avantageuses. Le secteur du microcrédit en Tunisie a permis à de nombreuses personnes de sortir de la pauvreté et des listes de demandeurs d'emploi. Fathi Lajmi est à cet égard une success story. Après avoir raté son bac, il s'est inscrit dans une école de formation pour décrocher un diplôme en informatique. Ce diplôme lui a permis de bénéficier d'un microcrédit pour ouvrir un cybercafé. C'était il y a trois ans. "J'ai pu faire de ce projet une réussite, et j'ai remboursé mon prêt", déclare-t-il. "Aujourd'hui, je peux mettre un peu d'argent de côté chaque mois pour étendre ce projet et créer de nouveaux emplois."
Revenir en haut Aller en bas
http://microfin.forummaroc.net
 
Les microcrédits donnent un nouvel élan à la jeunesse du Maghreb
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Microfin-Maroc :: Forum Général :: L'actualité de la microfinance-
Sauter vers: